Rien que le titre… et on est parti vers des contrées exotiques voire, fantasmagoriques, où des créatures fantastiques nous attendent pour nous entraîner dans leur univers.
En vrai, on y est presque. Avec 80% de biodiversité préservée et un endémisme très fort, on a toutes les chances de découvrir un milieu inconnu avant de passer le col de Bébour.

Cette forêt est souvent associée à celle de Bébour justement. A tel point que, petite, mes parents m’emmenaient dans la forêt de « bébourbélouve » ! tout collé. L’explication, c’est que les 2 ne sont séparées que par un coteau, que l’on ne devine même pas si on n’est pas un peu sensibilisé. Avec le temps, on remarque les différences, mais ça, c’est une autre histoire ! Pour moi, ça reste le lieu de tous les possibles : les loups, les ours, les vilains messieurs venus cacher des trésors, les « peuples de la forêt » qui habitaient dans la forêt et qui nous observaient sans jamais se faire voir, … Les pique-niques du dimanche se transformaient en « escape game » quand, après le repas, on avait le droit de s’éloigner un peu des grands. On revenait à la course, attentifs aux sentiers pris à l’aller, persuadés d’être poursuivis par quelques monstres ou autres ogres…

Forêt de Bélouve
Forêt de Bélouve

Et le temps a passé. Les dimanches en forêt se sont espacés et ont laissé place aux séances de cinéma. Et alors, quelle surprise de constater que, peut-être, les acteurs d’Avatar s’étaient perdus sous la « Reine des Tamarins* ». Que Bilbon Saquet, du Seigneur des Anneaux, a arpenté les sentiers qui partent du gîte et qui entrainent vers ces lieux secrets que je soupçonne depuis toujours, sans avoir jamais eu la chance de les découvrir. Ou encore que les elfes nous laissent généreusement profiter de la vue sur le Trou de Fer, qui leur lieu de vie principal.

Ci-dessous à gauche la photo de Bélouve, à droite la forêt de Puzzlewood (le seigneur des anneaux).

Forêt de Bélouve
Forêt de Puzzlewood

Avec le temps et la raison, je sais maintenant que Bébour/Bélouve est encore plus extraordinaire que cela. En effet, il s’agit du 4ème cirque qui résulte de l’effondrement de la chambre magmatique du Piton Des Neiges. Le Cirque des Marsouins aurait pu compléter le trèfle avec Mafate, Cilaos et Salazie. Mais notre bon vieux Piton ne s’est pas arrêté de cracher et a rempli le cirque des Marsouins. En couches successives, tel un bon plat de lasagnes. En nous laissant cette superbe forêt éponge qui offre un écrin solide à la végétation, et aux petites bébêtes, qui ont eu le bonheur de s’y installer. Et on peut s’y promener aisément à travers les nombreux kilomètres de sentier vers le Piton Bébour, le bassin des Hirondelles, et toutes les autres merveilles de cette forêt enchantée.

Et tout au bout de la route, l’enchantement continue avec un petit gîte douillet où la cheminée s’éteint rarement et où une bonne odeur de cary accueille les visiteurs. Mais surtout, avec la vue sur le cirque de Salazie qui s’ouvre à nos pieds. Le vieux Piton veille sur la gauche. Anchaing se dresse fièrement au milieu. Les ilets tentent de durer sur les hauts plateaux. Et en face, la crête de la Roche Ecrite vers la côte Est se détache dans le ciel. Avec tout ce que je viens de vous dire, vous avez encore envie d’aller voir ailleurs ?

* La Reine des Tamarins, est un tamarin des Hauts de l'île de La Réunion qui est couché sur son flanc. Voir photo ci-dessous.

image descriptionimage description

Autres carnets